Hommages

 

Cette rubrique a pour but de rendre hommage à des poètes disparus et de contribuer à garder vivante leur flamme, voire à redécouvrir, à reconnaître, un noble feu que l’on croyait à jamais éteint sous le vacarme assourdissant de l’indifférence d’un monde ignoble.

Le premier d’entre eux s’appelle Loïc Herry. Sa voix apparaît désormais comme une des plus singulières et des plus authentiques de la fin du XXe siècle, bien au-delà des bredouillages ineptes issus des petits laboratoires et salons de nos intellocrates rassis.

Ce sera un peu le parrain d’une rubrique qui pourrait tout aussi bien s’appeler « reconnaissances ».