Alain Jégou

 

Alin Jégou

 

 

Alain Jégou, le marin poète, a fait naufrage le 6 mai 2013 après avoir résisté longtemps aux éléments. Je ne l'ai pas connu, et c'est un grand regret, juste croisé sur l'espace "paroles" du festival interceltique de Lorient en 2012. Mais c'est assez pour savoir qu'Alain était un vrai poète, très loin au dessus de nos petits faiseurs à l'égo surdimensionnné et autres épiciers ou imposteurs à la mode. Il n'était pas "poète professionnel", lui, et ne marchandait donc pas ses poèmes. Il ne vivait pas "de la poésie" mais "en poésie", selon la belle distinction que fait l'amie Marie-Josée Christien dans ses Petites notes d'amertume (éditions sauvages). C'est dire que sa vie, durement gagnée à la sueur de son front et et au risque de la vie justement, était le sang de ses poèmes. Le jour où je l'ai croisé, Alain avait fait un beau récital narguant avec courage la salope de maladie qui le minait. Ce jour de juillet 2012, où a été prise la photo ci dessus, il y avait aussi Bruno Sourdin, son ami et mon ami, qui était venu spécialement pour lui depuis sa Normandie.

Au printemps 2013, très affaibli, Alain avait encore tenu quand même à envoyer sa chronique à Spered gouez.

Quand il a sombré en mai dernier je me suis dit que je lui ferais une page quand j'aurais reconstruit mon site. J'en ai alors parlé très vite à Bruno lui demandant d'assurer lui-même l'essentiel de l'hommage. Fin décembre il m'a envoyé cette page d'une terrible émotion, page qu'il a postée aussi sur son blog (voir sur ce même blog sa conversation avec Alain : http://brunosourdin.blogspot.fr/). Nul peut-être mieux que lui n'était apte à rendre hommage à Alain.

D'autres que lui cependant pourront aussi ajouter quelques mots. 

 

 

Alain Jégou : la mer à fleur de tripes

 

Marin-pêcheur lorientais et poète, Alain Jégou a embarqué pour son dernier voyage le 6 mai 2013. Pour lui, la vie était un combat et, lorsque la maladie est venue, ce combat, il l’a mené jusqu’au bout. J’aimais sa fureur de vivre, son regard fraternel et libre et la volupté de son écriture.

Alain Jégou est l’auteur d’un livre unique sur la mer, « Passe Ouest », dans lequel il a su dire les moments de plénitude et d’allégresse que lui ont procuré 28 ans de navigation en qualité de marin-pêcheur. À bord de l’« Ikaria », son bateau, il a fréquenté les zones de pêche de Bretagne Sud, des îles Glénan au sud de Belle-Ile. Un métier très difficile, qui exige beaucoup de courage et de passion.

Alain Jégou sait dire ses émerveillements mais aussi ses colères, et quand il pique une colère, cela s’entend. Il ne s’embarrasse pas de phrases ronflantes ni de rêveries pseudo-poétiques. Il va droit au but et ça décoiffe, parfois avec des mots crus et vite expédiés. Comme il le dit lui-même, il ne fait pas partie du « clan des raffinés ». Il n’écrit pas dans une langue maniérée mais, avec ses audaces et parfois sa véhémence, sa parole passe bien. Elle tient du vertige, de l’émerveillement et de l’ivresse des profondeurs. C’est une langue qui swingue à chaque coup de roulis.

L’œuvre du poète de Lorient est vraiment originale. Enracinée dans la Bretagne, elle est totalement ouverte sur le monde. C’est l’œuvre d’un homme qui sait dire merci à la vie, d’un écrivain généreux avec son lecteur, qu’il invite à embarquer à bord de l’« Ikaria », sans cérémonie. Une expérience unique. Et c’est certainement le plus formidable livre sur la mer qu’un poète contemporain a écrit. Une voix sauvage et révoltée.

Alain n’était pas seulement un bourlingueur de l’océan, c’était aussi un homme charmant, qui avait un sens profond de l’amitié. Et c’était un grand poète. Proche de Claude Pélieu, le « passeur » des écrivains de la Beat Generation, il a été un de ceux qui ont remagnétisé l’atmosphère poétique à la fin des années 60. Avec la mer à fleur de tripes, Alain Jégou a maintenu son cap, celui d’un empêcheur de naviguer en rond, qui continue, contre vents et marées, à rêver de fraternité universelle.

À 60 ans passés, pour échapper à la routine et au confort, pour éviter le « fatal ressac », il nous avait offert une magnifique surprise, en se lançant dans l’écriture d’un polar. Pleins feux donc sur les manœuvres glauques d’une bande de trafiquants dans le port de Lorient. Le chahut bat son plein. Coups de boutoirs ! Tintamarre ! C’est tonique et radical. Alain Jégou s’y révèle tel qu’en lui-même : un écrivain rebelle, toujours sur la brèche. Un sacré grand bonhomme, assoiffé de « liberté libre », qui écrit pour que les naufragés de l’existence se sentent moins seuls. Curieux de tout ce qui flotte, il prône une vie intense, sous le signe de la joie trépidante et de l’amitié. Cette amitié qui lui fait chaque matin pousser des ailes et larguer les amarres.

Alain est donc allé rejoindre notre vieux pote Claude Pélieu. Là où ils sont, ils ont énormément de choses à se raconter et ça ne doit pas être triste.

Ciao, Alain. Un grand merci. Je t’ai beaucoup aimé.

 

Bruno SOURDIN

 

Qu'est-ce qu'une vie
Sinon gagner du temps
Comme on souffle sur ses doigts
Pour les garder du froid
Quérir un peu de chaleur
Pour se préserver du pire
Et poursuivre vaille que vaille
L'ineffable combat


Alain Jégou